Suvarnabhumi : les pièges à éviter - Apprendre Le Thai

Apprends Le Thaï Gratuitement

Pour débloquer l'intégralité du contenu gratuit, laisse ton adresse pour que je t'envoie l'accès à toutes les ressources textes, audios, logiciel de mémorisation...

Avant de profiter des charmes de la Thaïlande, il faut forcément passer par Suvarnabhumi, l’aéroport international de Bangkok. Et quand tu y arrives, c’est souvent après 12h de vol voire plus.

Tu arrives donc crevé, la tête dans les chaussettes voire dans le slip. En plus du décalage horaire, tu viens de te taper un long voyage assis dans un fauteuil trop petit et des voisins qui deviennent forcément trop encombrants. Tu as beau aimé les enfants, respecter les personnes âgées, tout ça est remis en question à 30 000 pieds du sol ! Bon, tu t’es contrôlé pendant tout le vol, tu n’as insulté personne et agressé aucune mamie.Bravo ! Voilà que ton avion vient de se poser.

 

Une fois descendu, tu as les larmes aux yeux tellement tu es content. Tu n’as qu’une envie : te dégourdir les jambes et t’étirer à ta guise. Quel moment d’extase !

On est tous pareil dans ces moments. On a le corps et le cerveau qui tournent au ralenti… Et malheureusement le moment est mal choisi pour être cet état ! En effet, c’est juste après avoir récupéré notre valise que les choses sérieuses commencent. Suvarnabhumi, l’aéroport international de Bangkok, est un vaste terrain de jeu dans lequel tu retrouves des chasseurs et leur proie. Bien sûr, tu l’auras compris, la proie c’est toi : L’étranger aux poches pleines de billets !

 

Je vais donc te donner aujourd’hui 3 conseils pour ne perdre ni ton temps ni ton argent afin d’atteindre Bangkok City le cœur léger et le portefeuille intact.

 

 

Suvarnabhumi, le royaume de l’arnaque ?

 

Bon, mon introduction t’a fait peur ? Tu trembles rien qu’à l’idée d’atterrir à l’aéroport international de Thaïlande ?

Hummm, je crois que j’ai un peu exagéré… Rassure-toi, Suvarnabhumi n’est pas pire qu’ailleurs. J’ai roulé ma bosse dans de nombreux pays d’Europe, Amérique Latine et Asie. Je peux te dire que beaucoup de pays offrent un accueil souriant mais capable de te vider les poches en un rien de temps. En effet, tous les aéroports internationaux sont propices aux arnaques (Paris inclus). On y retrouve toujours des personnages capables de profiter de la fatigue d’un étranger désorienté.

 

Car oui, en plus de la fatigue et du décalage horaire, un autre phénomène ne joue pas en notre faveur : le dépaysement. Si c’est la première fois que tu arrives à Bangkok, tu découvres un lieu, une culture, une langue et une organisation nouvelle. C’est parfois brutal et cela permet aux chasseurs d’en profiter !

 

J’insiste mais les conseils qui vont suivre te serviront autant à Suvarnabhumi qu’ailleurs. Je n’ai pas envie de donner à cet aéroport une réputation sulfureuse absolument pas méritée. Reste qu’il faut quand même connaître les infos qui suivent.

 

 

Faire du change

 

Cela peut être tentant en arrivant, de convertir tous ses euros en monnaie locale, en l’occurrence le bath. Tentant mais très mauvaise idée ! Car les taux de change te seront incroyablement défavorable. Préfère toujours les bureaux de change en centre-ville. La concurrence entre eux est plus rude et surtout les gens pressés d’avoir du cash moins nombreux.

 

Je ne suis pas prix Nobel d’économie mais je maîtrise la loi de l’offre et la demande. Et en l’occurrence, elle s’applique à merveille ici.

A l’aéroport : Offre < Demande = tu banques un max !

En ville : Offre > Demande = tu payes le juste prix…

En plus, il y a souvent la queue au bureau de change à l’aéroport. Tu payes plus cher et tu poireautes pendant des heures. T’es perdant à tous les niveaux.

 

Et n’oublie pas. Lorsque tu repars de Thaïlande, c’est le même topo : si tu veux récupérer des euros, évite, là-encore, l’aéroport. D’ailleurs, je garde toujours quelques baths en partant pour être un minimum autonome à mon retour.

 

1er conseil : Gain de temps et d’argent !

 

 

Acheter une carte sim à l’aéroport

 

Encore une mauvaise idée. Pas parce qu’elles sont beaucoup plus chères. La différence de prix est minime. Non, la raison véritable est qu’on est tous devenu des drogués du smartphone. La queue dans les boutiques est donc immense ! Une horde de farangs a peine débarquée n’a qu’une envie : se connecter après 12h de vol sans internet. Ahhh les effets du manque… Si tu es capable de patienter 30 minutes, achète ta carte sim en ville, cela ira beaucoup plus vite.

 

Au passage, j’ai lu récemment que Free proposait le roaming illimité et gratuit en Thaïlande (je précise que je n’ai aucune action chez eux). Ainsi, avec ton abonnement français, tu peux profiter au maximum du réseau thaï, c’est bon à savoir si tu fais des voyages fréquents. Autrement, il te faudra te tourner vers un opérateur thaï tels que True, AIS ou DTAC. La couverture est excellente au pays du sourire même au fin fond de la campagne.

 

La jeunesse Thaï est hyperconnectée alors ne t’inquiète pas, ne panique pas, tu vas pouvoir toi aussi profiter de leur réseau !

 

2ème conseil : Gain de temps voire d’argent (merci qui ? merci Jacquie& Free !)

 

 

Monter dans le premier taxi venu

 

Alors là, naïf comme je suis, je me suis fait avoir 2 fois avant que la leçon ne rentre dans mon cerveau de moineau. La première fois c’était à Buenos Aires et la seconde à Hanoï. Mais tu trouveras les mêmes loustics à Suvarnabhumi.

Lorsque tu sors avec ton bagage à la main, des chauffeurs très gentils viennent te voir et te proposent de t’amener en ville pour un prix défiant toute concurrence. Généralement, on se dit :

Ça tombe bien, je suis crevé et je n’ai même pas à chercher un moyen rapide et économique d’aller jusqu’à mon hôtel.”

 

C’est là que tu te fais avoir comme un bleu. Tu montes dans le taxi parfois avec un autre homme car le premier est juste un rabatteur. A ce moment, ce nouveau chauffeur t’amène à destination et là, il t’annonce un autre prix pour la course : 5 fois plus cher ou alors le même prix qu’annoncé au départ mais PAR PERSONNE !!

Là, plus moyen pour toi de refuser car je te rappelle que tu es fatigué et que tu en as plein le c*l. Donc tu payes cher, très cher et tu démarres ton séjour avec un goût amer dans la bouche.

 

Depuis mes 2 expériences malheureuses, dès que j’ai récupéré mon sac, je me dirige vers le guichet d’une compagnie de taxis officielle. Pour y arriver, je refuse, bien sûr, toutes les propositions de trajet à moindre coût. Au guichet, je paye avant, ensuite je monte dans le taxi et ma vie thaïe peut démarrer !

 

3ème conseil : Gain d’argent + ça t’évite de t’énerver !

 

 

Voilà, j’espère que ces 3 astuces vont t’aider la prochaine fois que tu débarques dans un aéroport international. Si comme moi, tu aimes tester les arnaques (vive les naïfs !!), n’hésite pas à partager tes expériences dans les commentaires. Autrement, je tiens à dire que Suvarnabhumi est un super aéroport : grand, propre et dans lequel il est très facile de s’orienter.

Bon voyage !

Apprends Le Thaï Gratuitement

Pour débloquer l'intégralité du contenu gratuit, laisse ton adresse pour que je t'envoie l'accès à toutes les ressources textes, audios, logiciel de mémorisation...

>